Translate this article

Les Conseillers Fédéraux depuis 1991

Flavio COTTI PDC Tessin (1987 – 1999) s’est rendu au “Sommet de la Terre” à Rio de Janeiro, qui s’est tenu du 3 au 14 juin 1992. Selon “Wikipedia” , c’est là qu’il aurait pris goût à la politique mondiale. Il aurait saisi la dimension internationale des problèmes de l’environnement. Par la suite, il réunit les ministres de l’environnement des pays voisins de la Suisse pour dégager des solutions d’ensemble.

Quel beau programme… du 3 au 14 juin 1992, c’est justement au “sommet de l’environnement et du développement” de Rio de Janeiro, que s’est tenue la deuxième vente des brevets FERRAYÉ, d’extinction et de blocage des puits de pétrole, qui ont généré plus de 3’500 milliards de dollars…

On peut dès lors considérer que le Ministre COTTI qui a ensuite été très actif pour dégager des solutions d’ensemble avec les Pays voisins de la Suisse, a joué un rôle actif dans le blanchiment des royalties, faisant du PDC le premier parti corrompu dans le blanchiment des royalties !

Flavio COTTI était en outre membre du Conseil Consultatif de CREDIT SUISSE et de CREDIT SUISSE FIRST BOSTON.

La vente des brevets réalisée, Flavio COTTI a quitté le Département de l’Intérieur pour reprendre celui des Affaires étrangères… Probablement pour mieux gérer le blanchiment des royalties au sein de l’Europe et du reste du monde…

A noter que Flavio COTTI n’a jamais excellé dans l’Ethique et la Morale… Il apparaît dans notre base de données dans l’affaire RUBICON – CRYPTO AG (espionnage CIA), dans les sociétés CREDIT SUISSE par lesquelles les royalties ont été escroquées, dans les CA de FIAT (Sergio MARCHIONNE complice de Christoph BLOCHER, etc…

Arnold KOLLER PDC Appenzell (1987 – 1999) a repris de Département Fédéral de Justice et Police (DFJP) en 1989, après avoir passé par la Défense. Il était donc responsable de la Police Fédérale / FedPol, tout au long de l’escroquerie des royalties et de l’enquête qui a suivi, et durant les premières années du blanchiment ! On constate ainsi que les trois Départements de l’intérieur, des affaires étrangères et de la Justice ont été actifs dans l’escroquerie et le blanchiment des royalties et qu’outre leur responsabilité personnelle, ces criminels à la tête des Institutions, ont engagé la responsabilité de la Suisse pour des dizaines de milliers de milliards de francs…

Au DFJP, Arnold KOLLER eut à s’occuper avec patience et ténacité de la solution de nombreux problèmes : Politique des réfugiés, lutte contre le crime organisé, blanchiment de l’argent sale, réorganisation du Ministère public. (Wikipedia)

Notons la présence d’Arnold KOLLER au sein de la Société de droit pénal SSDP / SKG à Zug, société dans laquelle apparaît aussi le nom du Procureur général vaudois corrompu Eric COTTIER.

Notons qu’Arnold KOLLER apparaît lui aussi dans l’affaire RUBICON-CRYPTO AG (espionnage CIA) citée plus haut.

Ruth METZLER-ARNOLD PDC Appenzell (1999-2003). Avant son entrée au Conseil Fédéral, elle a été vice-directrice de PricewaterhouseCoopers (1992-1999), soit au tout début de l’escroquerie et du blanchiment des royalties que les  réviseurs internationaux ont contribué à planifier.

C’est assurément ce qui explique pourquoi – tout comme pour Micheline CALMY-REY (PS) – avec seulement 3 ans d’expérience au Conseil d’Etat d’Appenzell, sans aucune expérience de politique fédérale, elle a été élue Conseillère fédérale responsable du Département de la Justice (sic !).

Ruth METZLER-ARNOLD a ouvert et conduit la réforme des institutions judiciaires et policières, comportant la mise sur pied d’une nouvelle magistrature fédérale et de la police criminelle, la réforme totale de l’organisation judiciaire et la création des nouveaux tribunaux fédéraux, ainsi que la réforme de la poursuite pénale et la mise en œuvre du vaste projet de « réexamen » du système de sécurité intérieure.

Toutes ces réformes, on le constate aujourd’hui, n’ont eu pour effet que de garantir l’impunité de ses complices dans la gigantesque escroquerie des milliers de milliards de royalties qui ont échappé ainsi au fisc. La perte pour les caisse fédérale se calcule en centaines de milliards de francs !

Après sa sortie du Conseil Fédéral, Ruth METZLER a poursuivi sa carrière dans les grandes sociétés qui ont contribué au blanchiment des royalties. Tout d’abord au sein de NOVARTIS et dès 2019 au sein du Conseil d’administration du groupe AXA Assurances et AXA Vie. Notre base de données mentionne sa présence dans 25 sociétés suisses en lien direct avec le blanchiment des royalties, dont les sociétés QUANTUM du sulfureux Jean-Claude BASTOS DE MORAIS dénoncé dans les Paradise-Papers au sujet de ses investissement en Angola…

L’implication de Ruth METZLER-ARNOLD au sein du Group zougois QUANTUM Global a très certainement pesé lourd dans la décision de Michael LAUBER, d’abandonner les poursuites pour corruption et blanchiment d’argent. Tous deux sont directement impliqués dans l’escroquerie et le blanchiment des royalties et il est évident que toute poursuite de la procédure aurait conduit à leur arrestation…

Joseph DEISS PDC Fribourg (1999 – 2006) succède à Flavio COTTI au Département des Affaires étrangères au 1er mai 1999. Conseiller National de 1991 à 1999, il a siégé à la Commission de Politique extérieure et en a été son vice-Président en 1995 – 1996. Escroquerie des royalties en 1991 et 1992, levée des séquestres en 1995-1996, compte tenu de sa fonction politique, Joseph DEISS a été directement concerné par l’escroquerie des royalties.

Joseph DEISS a ratifié les accords d’entrée de la Suisse à l’ONU le 10 septembre 2002. Rappelons que l’ONU a joué un rôle primordial dans le blanchiment des royalties au travers du programme Pétrole contre Nourriture au détriment du Peuple Irakien.

Au 1er janvier 2003, Joseph DEISS a succédé à Pascal COUCHEPIN PLR au Département Fédéral de l’Economie et cédé les Affaires Etrangères à Micheline CALMY-REY (PS).

Doris LEUTHARD PDC (2006 – 2018) Merenschwand AG.

En 1999, elle est élue au Conseil National, au sein duquel elle est membre des commissions de l’économie et des redevances et des affaires juridiques. En 2001, elle devient vice-présidente du PDC et Présidente du Parti suisse de 2004 à 2006.

Le 18 juin 2004, elle a déposé un postulat au sujet de l’introduction en Suisse du principe dit du «  Cassis de Dijon  ». Un “principe” qui a permis de nuire aux intérêts des Consommateurs…

C’est sous sa présidence du DETEC (Département de l’Environnement, des Transports, de l’Energie et de la Communication) qu’a été engagée Susanne RUOFF-HUBER, CEO de La Poste (Post CH AG), PostFinance AG et de PostAuto AG (CarPostal). C’est donc aussi sous son règne que le détournement des subventions par CarPostal s’est déroulé, mais ce n’est pas là le plus grave !

Sous la direction du socialiste Moritz LEUENBERGER (PS) et de Doris LEUTHARD, le patrimoine de la Confédération a fondu comme neige au soleil, mais n’a pas été perdu pour tout le monde, comme en témoignent les dossiers suivants :

La Poste

Swisscom

SBB – CFF – FFS

C’est en 1998 / 1999, que la Confédération a privatisé ses régies… (CFF, PTT / La Poste et SWISSCOM) et la valse des milliards qui ont accompagné ces privatisations.

On comprend ainsi mieux pourquoi les CEO et Présidents de ces sociétés sont si grassement payés. C’est sur eux que pèse la responsabilité de détourner le patrimoine de la Confédération (donc des Citoyens), sur ordre du monde politique !

Viola AMHERD PDC (Depuis 01.01.2019) Brigue-Glis VS

Présidente de la Commune de Brig-Glis de 2000 à 2012, Conseillère Nationale de 2005 à 2018, vice-Présidente du groupe PDC au Parlement, Viola AMHERD a eu ses diplômes de Notaire et d’Avocate en Valais. Elle a été également juge à la Commission fédérale de recours du personnel.

Elle apparaît au RC de 37 sociétés dans les secteurs de l’électricité, des chemins de fer de montagne, etc., mais aussi au sein de Lonza, de Migros, de Swiss Fibre Net ou surtout du groupe GSMN (Clinique de Genolier), grand blanchisseur des royalties.

Viola AMHERD a siégé en outre à la Commission parlementaire des tranports et des télécommunications de 2007 à 2019 et se trouve ainsi directement concernée par le scandale au sein du DETEC (entre-autres AutoPost /CarPostal), sous la direction de Doris LEUTHARD.
.

Les Présidents du PDC depuis 1991

Carlo SCHMID-SUTTER PDC (1992-1994) Oberegg AI, Avocat et Notaire, il a siégé au Grand Conseil d’Appenzell Rhodes-Intérieures de 1979 à 1995, et au Conseil d’Etat (Standeskommission) de ce même canton de 1984 à 2013.

Au niveau fédéral, il a siégé au Conseil des Etats de 1980 à 2007. Il a donc été directement concerné par l’escroquerie et le blanchiment des royalties

Anton COTTIER PDC (décédé 3.112006) Fribourg, Avocat. Il a présidé le Parti de 1993 à 1996 et a siégé au Conseil des Etats de 1987 à 2003.

Notre base de données sur le blanchiment des royalties, laisse apparaître l’avocat fribourgeois au RC de 15 sociétés en Suisse. PAX Assureur-vie, PAX Anlage, PAX Holding ont fait partie de ses mandats. Notons que c’est en 1995 alors que le PDC Anton COTTIER était Administrateur, que la SA PAX Société d’assurances sur la Vie a été enregistrée et qu’elle a repris les actifs et les passifs de la coopérative du même nom, pour un maximum de CHF 13 millions. Parallèlement, c’est en 1992 que la Holding PAX débutait les travaux de son nouveau centre administratif à la Aeschenplaz 13 à Bâle.

Adalbert DURRER PDC (décédé 19.4.2008) Avocat – Notaire à Alpnach OW, a été Conseiller d’Etat de 1986 à 1996 et Président du PDC de 1997 à 2001. Candidat pour succéder à Flavio COTTI en 1999, il a été écarté au profit de Ruth METZLER-ARNOLD. Adalbert DURRER était membre du ROTARY et a figuré au RC d’UBS SA, de La Mobilière et de plusieurs sociétés du Réviseur BDO, très impliqué dans le blanchiment des royalties.

Philipp STÄHELIN PDC à Frauenfeld, Président du Parti de 2001 à 2004. Il a été Conseiller d’État thurgovien de 1988 à 2000, conseiller aux États de 1999 à 2011. Doris LEUTHARD lui a succédé à la Présidence du Parti.

Philipp STÄHELIN est vice-Président de Centravo Holding AG à Zürich, une société de gestion de participations. Il a en outre figuré préalablement dans le RC de 48 sociétés.

Christophe DARBELLAY PDC à Martigny-Combe est marié à Florence CARRON-DARBELLAY, avocate. Il a été Président du Parti de 2006 à 2016 et Conseillé National de 2003 à 2015. Il est actuellement (2020) Conseiller d’Etat valaisan. Pour sa deuxième législature au parlement fédéral, il faisait partie de la Commission de l’économie et des redevances et présidait la délégation chargée des rapports avec le Parlement français. Situation privilégiée dans le cadre du blanchiment des royalties, en regard de la complicité des Autorités françaises dans le détournement des brevets (voir plus haut la rubrique Flavio COTTI).

Edmond CARRON, beau-père de Christophe DARBELLAY, mérite aussi qu’on s’arrête sur son parcours. Avocat à Sierre, il a figuré au RC de (SBG – UBS) Schweizerische Bankgesellschaft Zürich CH-020.3.923.521-9, banque qui avait été directement impliquée dans l’escroquerie des royalties (voir la page Christoph BLOCHER). Il a été ensuite au RC d’UBS SA. Mais il figure surtout au registre des membres du Fifty-One International où l’on retrouve des individus en liens avec CREDIT SUISSE et d’autres banques qui ont escroqué les royalties, ou encore des individus qui sont au RC des sociétés MANOTEL Genève (Affaire MAUDET, etc.), des sociétés d’investissements, des fiduciaires, etc., tout le gratin du blanchiment des royalties…

Gerhard PFISTER PDC à Zoug, Président du Parti depuis 2016. Il a été membre du Grand Conseil zougois de 1998 à 2003 et Président du PDC cantonal de 1999 à 2008. Il est Conseiller National depuis 2003.

Gerhard PFISTER figure au RC de 27 sociétés dont plus particulièrement la “Jerusalem Foundation Zürich RC CH-020.7.902.122-5” C’est probablement cette proximité juive qui pousse Gerhard PFISTER à vouloir changer la dénomination de son Parti… N’oublions pas que les Juifs ne reconnaissent pas le nouveau testament et Jésus comme fils de Dieu ! Mais ce n’est pas là son plus gros problème. Dans cette société sont/étaient inscrits des individus qui sont au cœur de l’escroquerie des royalties à Genève. Le noyau des escrocs qui en ont planifié l’escroquerie et le blanchiment !
.

Ils figurent au Registre du Commerce de Sociétés qui ont contribué au blanchiment des royalties et ont occupé des postes de premier plan au sein du PDC :
.

Dominique DE BUMAN PDC ex vice-Président suisse du Parti de 2004 à 2016. Conseiller National (2003-2019), il a été syndic de Fribourg de 1994 à 2004 et présidait la Caisse de prévoyance du personnel de la ville de 1991 à 2004.  La mise en cause de la gestion de celle-ci — le degré de couverture n’atteignant que 32 % — a entraîné la nomination d’une commission d’enquête dont le rapport n’a fait qu’égratigner les représentants de l’exécutif dans le conseil de la caisse. Dominique DE BUMAN a finalement été blanchi de toute responsabilité pénale par le juge d’instruction le 27 août 2007, ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu du fait que les juges se sont mis au service de la politique corrompue. Voir la Suite DE BUMAN

Dominique GIROUD PDC est issu d’une famille de viticulteurs dont il représente la quatrième génération. Il est né au Tchad en 1971 et a vécu à Madagascar de 2 ans à 8 ans, pour revenir ensuite en Suisse. Il est le fondateur de feu GIROUD Vins SA, une des trois plus grandes caves du Valais. Il a été condamné pour soustraction fiscale (été 2014) et escroquerie en matière de contributions et de faux dans les titres (mars 2016) Wikipedia Voir la Suite Giroud

Peter HESS, Avocat-Notaire et Conseiller fiscal pour les grandes fortunes à Unterägeri ZG, a été Conseiller National PDC de 1983 à 2003. Il figure au registre du commerce de 115 sociétés dans notre base de données et alors qu’il était Président du Conseil National, il a été épinglé pour ne pas avoir indiqué ses liens avec deux multinationaldes du tabac. Il était en outre administrateur de trois sociétés au Panama et dans les Iles Vierges BVI.

Mais surtout, Peter HESS a été lié à deux sociétés dans le cadre de l’affaire GIROUD Vins SA Weinhandel Edelweiss AG et Torcularia Holding AG active aujourd’hui sous le nom de Capage Holding à Zug.

Lors du scandale qui a visé Peter HESS en 2001, en relation avec ses mandats dans des sociétés à Panama ou aux Iles Vierges (BVI), Jean-Philippe MAÎTRE (PDC) a soutenu son collègue de Parti avec l’argument selon lequel le “malentendu” reposait sur des faits et des interprétations inexactes…

.

Cliquez ici pour consulter d’autres implications du PDC
.